Sie sind hier

CODESRIA

Newsfeed CODESRIA abonnieren CODESRIA
The Council for the Development of Social Science Research in Africa is headquartered in Dakar Senegal. It was established in 1973 as an independent Pan-African research organisation with a primary focus on the social sciences, broadly defined. It is recognised not only as the pioneer African social research organisation but also as the apex non-governmental centre of social knowledge production on the continent
Aktualisiert: vor 15 Stunden 13 Minuten

CODESRIA Bulletin Online, No. 6, August 2020 - Ernest Wamba-dia-Wamba Bazunini, 1942–2020: Militant, African Intellectual and Friend

7. August 2020 - 18:18

Michael Neocosmos
Emeritus Professor in Humanities
Rhodes University, South Africa

3RD ANNUAL INTERNATIONAL (ONLINE) CONFERENCE ON JAPANESE STUDIES IN AFRICA: CALL FOR PAPERS

5. August 2020 - 12:18

AFRICAN ASSOCIATION FOR JAPANESE STUDIES (AAJS):
3RD ANNUAL INTERNATIONAL (ONLINE) CONFERENCE ON JAPANESE STUDIES IN AFRICA
Theme: Environment, Technology and COVID-19
Date: October 6th & 7th, 2020
Submission deadline: August 28, 2020

The African Association for Japanese Studies (AAJS) is an international organization dedicated to promoting scholarship in the comparative fields of African-Japanese interests. The association, in partnership with the Embassy of Japan, academic institutions, and other organizations, has maintained scholarly agenda intended to stimulate critical understanding of the convergence between African and Japanese literary cultures, histories, developments, economy, and politics. The objectives are achieved through conferences, seminars, workshops, colloquiums, and publications. To further advance academic dissections of the connections, the association organizes an annual conference on Japanese studies in Africa.

The theme for AICJSA 2020 is Environment, Technology and COVID-19

It is deliberately not delimited to encourage critical perspectives, adopting disciplinary and interdisciplinary approaches. As a theory, the environment manifests dimensions of nature, human relations, and other force dynamics. Current socio-political, economic and the new normal arising from the COVID-19 pandemic are realities that make discourse on environment vital as the current generation faces the task of, redeeming human existence, saving the planet, earth, and the future. Beyond ecology, the theme appeals to the contexts, backgrounds, platforms, origins, principles, and policies that shape life and the forces they produce. Does it not become urgently necessary for scholarly endeavors to pay attention to the evolutionary processes leading to their impacts on humanity? We may consent to environmental determinists that human activities are informed and inhibited by environmental conditions.

This year's conference promises to be one of the leading African-Japanese international conferences geared towards generating innovative, ground-breaking as well as cutting edge advances in the emerging global environmental studies.

Therefore, we encourage scholars, critics and policymakers to approach the themes from different perspectives, theoretical frameworks, analytical procedures, and social contexts relevant to their fields. Academics, professionals, and policy-makers are invited to submit proposals for conference panels and papers. Proposals should not be more than 200 words.

Call for Panels and Papers: The call for papers and panels is now open. The deadline for submission is 28th August 2020.

Submissions are invited on the following sub-themes. Proposals may also focus on related issues.

  • Eco-criticisms in Contemporary Environmental Studies
  • Environment: Past, Present and Future
  • Evolution of Man's Relationship with Nature
  • Environment: From Invincibility to Vulnerability
  • Shift in Perception of Nature and the Role of Humanity
  • Apocalyptic Warnings Amid Natural Crisis
  • The Shaping Power of Environment in Developmental Studies
  • Environment as the Melting Pot: Re-thinking People, Culture, Literature as a Product
  • Micro and Macro-Contextual Analysis in Afro-Japanese Studies
  • Future Casting: Using Environment as a Predictive Formula
  • Objective Correlative in Literary Plot Development and Messaging
  • Gendered Environment: Politics, Subjectivity and Exclusion in Climate Change Politics
  • Ecocriticism in Contemporary Cultural Forms
  • Nature, the Environment and New Media
  • Anime, films and Cartoons as Contemporary Redefining Ecocritical Media
  • 21st Century Social Environment
  • Japan and Africa: Past, Present and Future Outlook
  • Government Policy and Environment in Japan and Africa
  • Foreign Policy Atmosphere for Effective Engagement
  • Implications of Culture and Tradition
  • Evolutionary Practices in Japan and African
  • Digital Metamorphosis and the Challenge of Change
  • Global Competition and the Challenge of Environmental Policies
  • Global Climate Change: Responsibilities, Risks and Rewards
  • Climate Outlook in Africa and Japan
  • Cultural Norms in Response to Covid-19 Pandemic
  • Beyond Covid-19: the New Normal and the New World
  • The Digital Environment in the Age of Pandemic
  • Innovations and Interventions Across Disciplines in the Pandemic Environment
  • Decoupling Global Economy: Prospects for Asian-African Relations
  • Globalization versus Nationalism Now
  • Protectionism and Populism
  • Technology, COVID-19 and the New Normal
  • Evolving Narratives and the Vision of the Artist
  • Propaganda versus Truth in the Age of Covid-19
  • Literature and the Pandemic World

Proposals should include a title, an abstract not more than 200 words, name of presenter (and that of co-presenter, if any), institution or organization, and email address. Submit abstract for the 2020 online conference here: https://forms.gle/LZX72XLDr7beyZf7A before 28th August 2020. The submission shall be acknowledged and assessed by the Abstract Committee. Notification of acceptance will be communicated from 31st August to 11th September 2020.

Conferences Outcomes

Papers from the conference shall be published in the subsequent edition of Studies in Transnational Africa and Japan (STAJ).

Tribute to professor Ernest Wamba dia Wamba

28. Juli 2020 - 15:51

Par Jacques TSHIBWABWA KUDITSHINI

Une fois de plus, la terre africaine, et congolaise en particulier, s'ouvre pour se refermer à jamais sur un des nôtres : le professeur Ernest Wamba dia Wamba est parti. Il a succombé ce 15 juillet 2020 à Kinshasa de suite d'une implacable maladie (la COVID-19) contre laquelle la science est jusqu'à présent restée impuissante. J'adresse au penseur sublime que nous ne reverrons plus un suprême hommage et à sa mémoire le profond témoignage de ma vive reconnaissance.

Une fois de plus, la science est encore en deuil. Les sciences sociales et les humanités africaines assistent, impuissantes, à la chute d'un de ses baobabs. Il semble en effet qu'une fatalité inexorable pèse sur les scientifiques africains en ce moment, semant le deuil et la consternation au sein d'une communauté intellectuelle déjà si éprouvée. Après la perte de trois membres éminents de notre collectivité (Samir Amin, Thandika Mkandawire, Kazadi Nduba), lequel d'entre nous eût pu se douter qu'un autre dénouement fatal de grande envergure était si proche ? Mais hélas ! C'était sans compter avec la mort qui a fait encore son œuvre et qui, visiblement, ne sélectionne ce dernier temps ses victimes que dans la classe des monstres sacrés.

Une fois de plus, la mort a fauché. La mort continue donc de faucher autour de nous à coup redoublés, et elle fauche vite dans nos rangs, prenant les meilleurs parmi nous, et particulièrement parmi nos érudits. Le professeur Ernest Wamba dia Wamba était en effet un autre prodigieux érudit, un autre monstre sacré. La République Démocratique du Congo, le CODESRIA et l'Afrique pleurent donc un de ses chercheurs les plus illustres, un de ceux qui ont fait rayonner au loin leur prestige et leur renommée. Mentor et formateur, il compte à son actif plusieurs anciens étudiants devenus des hauts cadres, des hauts fonctionnaires, des grands hommes d'Etat et d'éminents chercheurs qui se recrutent partout dans le monde et qui lui seront à jamais reconnaissants pour l'incomparable éclat qu'il a jeté sur leurs vies professionnelles et sur leurs carrières académiques, par ses enseignements magistraux et créateurs.

Une fois de plus, les différents hauts lieux de l'enseignement académique perdent un autre puissant cerveau, une autre puissante intelligence. Ernest Wamba dia Wamba a été un missionnaire de la science et avait une grande expérience d'enseignement du niveau universitaire. Il a officié comme professeur en RDC, à University of Dar-es- Salaam, à Brandeis University, à Harvard University, à Boston College et à State University of New York. Les cours qu'il a enseignés dans ces différentes universités couvrent des matières qui vont de l'histoire du capitalisme et de l'impérialisme (une sorte d'histoire mondiale du point de vue africain) à l'enseignement des philosophies et religions africaines, en passant par l'histoire de l'Afrique centrale, la théorie/science de l'histoire, l'histoire de l'anthropologie et l'économie politique du tiers-monde.

Il a également rendu au CODESRIA les plus éminents services. Le CODESRIA, qui est aujourd'hui le plus important think tank de l'Afrique, perd donc, une fois de plus, un de ses emblématiques présidents. Le professeur Ernest Wamba dia Wamba a été, en effet, président du Comité Exécutif du CODESRIA de 1992 à 1995 et à ce titre, il est parmi les personnalités qui ont participé à l'édification de cette institution panafricaine de production et de diffusion des connaissances, et à la consolidation d'un espace académique original sur le continent africain. Lors de la séance d'ouverture de la cérémonie marquant les 20 ans d'existence physique et intellectuelle du CODESRIA en 1993, cet historien de formation, alors président du comité exécutif du CODESRIA comme indiqué ci-dessus, déclarait qu'« avec le CODESRIA nous assistons à l'émergence d'un paradigme panafricain des sciences sociales avec des valeurs politiques, idéologiques et philosophiques de plus en plus affirmées qui s'appuient intelligemment sur les forces scientifiques précédemment produites ».
Il est important de toujours mettre en évidence le rôle de pionnier que ces bâtisseurs du passé ont joué dans le rayonnement du CODESRIA et des sciences sociales et humaines africaines. En effet, sans l'abnégation et la volonté des personnalités telles que Wamba dia Wamba, le Conseil n'aurait certainement pas réussi à meubler son énorme bilan et à faire progresser son agenda programmatique. Il n'est pas en effet possible de convoquer dans nos débats l'origine, l'évolution, la consolidation et la trajectoire du CODESRIA en termes d'exploitation et de conduite de ses activités et programmes (tels que les instituts, les campus des sciences sociales, les ateliers méthodologiques, les assemblées générales, les colloques, les conférences, les symposia, les ateliers d'écriture scientifique, les programmes de mentorat, etc), sans prendre en charge à la fois la dynamique structurelle du Conseil ainsi que les logiques, pratiques et actions des acteurs qui ont présidé à sa destinée. C'est pourquoi il apparaît nécessaire que les témoins du passé et du présent puissent rendre justice, puissent rendre hommage à ceux qui, comme Ernest Wamba dia Wamba, ont lutté pour l'émancipation de la pensée et de la vérité scientifique à travers des structures de connaissance telles que le CODESRIA.
La haute valeur intellectuelle et morale de celui dont nous déplorons la perte se devinait souvent sous le voile d'une modestie extrême. Et pourtant, du haut de ses hautes facultés, il a embrassé tant de domaines d'études et remué tant d'idées. Il a énormément contribué aux débats dans les domaines de l'histoire politique et de la théorie politique, mais un regard espiègle et approfondi sur ses écrits renseigne que des domaines tels que l'historiographie, l'histoire des luttes et mouvements de libération, la sociohistoire, la sociologie historique du politique et les questions de développement et de démocratisation n'ont pas échappé à sa vigilance et à son écriture scientifique.

Comme la plupart d'icônes de son acabit qui s'adossent à une culture encyclopédique, le professeur Ernest Wamba dia Wamba n'a pas été insensible aux questions portant sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques des sciences sociales et des humanités et comme il était également philosophe, il a exploré ce domaine d'étude et a même été, de 1985 à 1998, co-fondateur et président de Dar-es-Salaam Philosophical Club (Club de Philosophie de Dar-es-Salaam) (DAPHIC). Sa grande familiarité avec les questions relatives à la philosophie africaine lui a valu le Prix Prince Claus qu'il a reçu en 1992 pour « Culture et Développement », en reconnaissance de sa contribution académique au développement de la philosophie Africaine. Il s'est donc affiché, dans sa pratique de la science, comme un véritable adepte de la transgression des frontières disciplinaires.
Le professeur Wamba dia Wamba laisse donc derrière lui une œuvre scientifique immense et ce n'est certes pas le moment ni le lieu de discuter et d'analyser cette œuvre monumentale. Il est l'auteur de plusieurs articles publiés dans des revues et journaux scientifiques de haute facture, ainsi que des chapitres dans des livres, sur divers domaines. Mais parmi ses principaux travaux, deux livres méritent d'être soulignés, comme l'a si bien rappelé Jean-Pierre Bat du journal Libération dans son article consacré à Wamba dia Wamba. Il s'agit de l'ouvrage collectif intitulé African Studies in Social Movements and Democracy (CODESRIA, 1995) dont il a assuré la co-direction avec le professeur Mahmoud Mamdani (Makerere University et Columbia University) ; ainsi que African Declaration against Genocide, cosigné en 1997 avec son ami et collègue congolais Jacques Depelchin.

Le célèbre historien congolais était membre de plusieurs sociétés savantes et organisations académiques. Il avait une grande expérience des conférences internationales qu'il a données dans plusieurs universités du monde (USA, Europe, Afrique, Brésil).

Je ne peux pas clore ce mot sans évoquer l'importance que l'illustre disparu accordait à la relation entre le savoir et le pouvoir ou à la dialectique savoir/pouvoir. « Les considérations scientifiques ne sont pas impliquées dans la structure et l'organisation du travail, surtout politique », déclarait-il lors d'une interview parue dans un des bulletins du CODESRIA. Il faut que « le processus politique soit influencé par le scientifique. Et pourtant, l'académique chez nous, disait-il, ne parvient pas à aider à changer le monde parce qu'il ne parvient pas à convaincre le politique de la nécessité de l'Université par exemple, c'est-à-dire de la nécessité de son travail intellectuel ». Et à la question qu'il se posait lui-même de savoir : comment mettre politiquement la science au pouvoir dans la société ? Il a proposé un double encadrement scientifique du peuple et celui du politique comme une possibilité à envisager pour « intellectualiser la politique » ou « scientifiser la politique », si je peux m'exprimer en ces termes.

Cette thématique constitue un véritable programme de recherche que nous lègue le professeur Wamba dia Wamba. Il appartient, à mon avis, aux chercheurs de la troisième et de la quatrième génération de prendre en charge cette question et de la reproblématiser à la lumière des dynamiques sociales à l'œuvre en vue d'esquisser une réflexion théorique et méthodologique largement plurielle fondée sur des bases empiriques. Il faut d'ailleurs faire remarquer, de manière générale, que les différentes pertes des chercheurs de la première génération de la carrure du professeur Wamba dia Wamba, mettent une pression énorme sur les chercheurs de la troisième génération (et de la quatrième) dans la mesure où il s'agit des disparitions qui créent un vide qu'il convient de combler pour que les sciences sociales et humaines africaines conservent leurs standards internationaux et que la voix africaine de la recherche continue à être portée sur l'espace scientifique mondial.

Puisse la famille du professeur Ernest Wamba dia Wamba désolée trouver une consolation dans les regrets unanimes qu'il laisse derrière lui et dans le suprême hommage que nous lui rendons ce jour.

Fait à Kinshasa, le 21 juillet 2020

Jacques TSHIBWABWA KUDITSHINI
Université de Kinshasa
Membre du Comité Exécutif du CODESRIA

Tribute to professor Ernest Wamba dia Wamba

28. Juli 2020 - 15:51

Par Jacques TSHIBWABWA KUDITSHINI

Une fois de plus, la terre africaine, et congolaise en particulier, s'ouvre pour se refermer à jamais sur un des nôtres : le professeur Ernest Wamba dia Wamba est parti. Il a succombé ce 15 juillet 2020 à Kinshasa de suite d'une implacable maladie (la COVID-19) contre laquelle la science est jusqu'à présent restée impuissante. J'adresse au penseur sublime que nous ne reverrons plus un suprême hommage et à sa mémoire le profond témoignage de ma vive reconnaissance.

Une fois de plus, la science est encore en deuil. Les sciences sociales et les humanités africaines assistent, impuissantes, à la chute d'un de ses baobabs. Il semble en effet qu'une fatalité inexorable pèse sur les scientifiques africains en ce moment, semant le deuil et la consternation au sein d'une communauté intellectuelle déjà si éprouvée. Après la perte de trois membres éminents de notre collectivité (Samir Amin, Thandika Mkandawire, Kazadi Nduba), lequel d'entre nous eût pu se douter qu'un autre dénouement fatal de grande envergure était si proche ? Mais hélas ! C'était sans compter avec la mort qui a fait encore son œuvre et qui, visiblement, ne sélectionne ce dernier temps ses victimes que dans la classe des monstres sacrés.

Une fois de plus, la mort a fauché. La mort continue donc de faucher autour de nous à coup redoublés, et elle fauche vite dans nos rangs, prenant les meilleurs parmi nous, et particulièrement parmi nos érudits. Le professeur Ernest Wamba dia Wamba était en effet un autre prodigieux érudit, un autre monstre sacré. La République Démocratique du Congo, le CODESRIA et l'Afrique pleurent donc un de ses chercheurs les plus illustres, un de ceux qui ont fait rayonner au loin leur prestige et leur renommée. Mentor et formateur, il compte à son actif plusieurs anciens étudiants devenus des hauts cadres, des hauts fonctionnaires, des grands hommes d'Etat et d'éminents chercheurs qui se recrutent partout dans le monde et qui lui seront à jamais reconnaissants pour l'incomparable éclat qu'il a jeté sur leurs vies professionnelles et sur leurs carrières académiques, par ses enseignements magistraux et créateurs.

Une fois de plus, les différents hauts lieux de l'enseignement académique perdent un autre puissant cerveau, une autre puissante intelligence. Ernest Wamba dia Wamba a été un missionnaire de la science et avait une grande expérience d'enseignement du niveau universitaire. Il a officié comme professeur en RDC, à University of Dar-es- Salaam, à Brandeis University, à Harvard University, à Boston College et à State University of New York. Les cours qu'il a enseignés dans ces différentes universités couvrent des matières qui vont de l'histoire du capitalisme et de l'impérialisme (une sorte d'histoire mondiale du point de vue africain) à l'enseignement des philosophies et religions africaines, en passant par l'histoire de l'Afrique centrale, la théorie/science de l'histoire, l'histoire de l'anthropologie et l'économie politique du tiers-monde.

Il a également rendu au CODESRIA les plus éminents services. Le CODESRIA, qui est aujourd'hui le plus important think tank de l'Afrique, perd donc, une fois de plus, un de ses emblématiques présidents. Le professeur Ernest Wamba dia Wamba a été, en effet, président du Comité Exécutif du CODESRIA de 1992 à 1995 et à ce titre, il est parmi les personnalités qui ont participé à l'édification de cette institution panafricaine de production et de diffusion des connaissances, et à la consolidation d'un espace académique original sur le continent africain. Lors de la séance d'ouverture de la cérémonie marquant les 20 ans d'existence physique et intellectuelle du CODESRIA en 1993, cet historien de formation, alors président du comité exécutif du CODESRIA comme indiqué ci-dessus, déclarait qu'« avec le CODESRIA nous assistons à l'émergence d'un paradigme panafricain des sciences sociales avec des valeurs politiques, idéologiques et philosophiques de plus en plus affirmées qui s'appuient intelligemment sur les forces scientifiques précédemment produites ».
Il est important de toujours mettre en évidence le rôle de pionnier que ces bâtisseurs du passé ont joué dans le rayonnement du CODESRIA et des sciences sociales et humaines africaines. En effet, sans l'abnégation et la volonté des personnalités telles que Wamba dia Wamba, le Conseil n'aurait certainement pas réussi à meubler son énorme bilan et à faire progresser son agenda programmatique. Il n'est pas en effet possible de convoquer dans nos débats l'origine, l'évolution, la consolidation et la trajectoire du CODESRIA en termes d'exploitation et de conduite de ses activités et programmes (tels que les instituts, les campus des sciences sociales, les ateliers méthodologiques, les assemblées générales, les colloques, les conférences, les symposia, les ateliers d'écriture scientifique, les programmes de mentorat, etc), sans prendre en charge à la fois la dynamique structurelle du Conseil ainsi que les logiques, pratiques et actions des acteurs qui ont présidé à sa destinée. C'est pourquoi il apparaît nécessaire que les témoins du passé et du présent puissent rendre justice, puissent rendre hommage à ceux qui, comme Ernest Wamba dia Wamba, ont lutté pour l'émancipation de la pensée et de la vérité scientifique à travers des structures de connaissance telles que le CODESRIA.
La haute valeur intellectuelle et morale de celui dont nous déplorons la perte se devinait souvent sous le voile d'une modestie extrême. Et pourtant, du haut de ses hautes facultés, il a embrassé tant de domaines d'études et remué tant d'idées. Il a énormément contribué aux débats dans les domaines de l'histoire politique et de la théorie politique, mais un regard espiègle et approfondi sur ses écrits renseigne que des domaines tels que l'historiographie, l'histoire des luttes et mouvements de libération, la sociohistoire, la sociologie historique du politique et les questions de développement et de démocratisation n'ont pas échappé à sa vigilance et à son écriture scientifique.

Comme la plupart d'icônes de son acabit qui s'adossent à une culture encyclopédique, le professeur Ernest Wamba dia Wamba n'a pas été insensible aux questions portant sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques des sciences sociales et des humanités et comme il était également philosophe, il a exploré ce domaine d'étude et a même été, de 1985 à 1998, co-fondateur et président de Dar-es-Salaam Philosophical Club (Club de Philosophie de Dar-es-Salaam) (DAPHIC). Sa grande familiarité avec les questions relatives à la philosophie africaine lui a valu le Prix Prince Claus qu'il a reçu en 1992 pour « Culture et Développement », en reconnaissance de sa contribution académique au développement de la philosophie Africaine. Il s'est donc affiché, dans sa pratique de la science, comme un véritable adepte de la transgression des frontières disciplinaires.
Le professeur Wamba dia Wamba laisse donc derrière lui une œuvre scientifique immense et ce n'est certes pas le moment ni le lieu de discuter et d'analyser cette œuvre monumentale. Il est l'auteur de plusieurs articles publiés dans des revues et journaux scientifiques de haute facture, ainsi que des chapitres dans des livres, sur divers domaines. Mais parmi ses principaux travaux, deux livres méritent d'être soulignés, comme l'a si bien rappelé Jean-Pierre Bat du journal Libération dans son article consacré à Wamba dia Wamba. Il s'agit de l'ouvrage collectif intitulé African Studies in Social Movements and Democracy (CODESRIA, 1995) dont il a assuré la co-direction avec le professeur Mahmoud Mamdani (Makerere University et Columbia University) ; ainsi que African Declaration against Genocide, cosigné en 1997 avec son ami et collègue congolais Jacques Depelchin.

Le célèbre historien congolais était membre de plusieurs sociétés savantes et organisations académiques. Il avait une grande expérience des conférences internationales qu'il a données dans plusieurs universités du monde (USA, Europe, Afrique, Brésil).

Je ne peux pas clore ce mot sans évoquer l'importance que l'illustre disparu accordait à la relation entre le savoir et le pouvoir ou à la dialectique savoir/pouvoir. « Les considérations scientifiques ne sont pas impliquées dans la structure et l'organisation du travail, surtout politique », déclarait-il lors d'une interview parue dans un des bulletins du CODESRIA. Il faut que « le processus politique soit influencé par le scientifique. Et pourtant, l'académique chez nous, disait-il, ne parvient pas à aider à changer le monde parce qu'il ne parvient pas à convaincre le politique de la nécessité de l'Université par exemple, c'est-à-dire de la nécessité de son travail intellectuel ». Et à la question qu'il se posait lui-même de savoir : comment mettre politiquement la science au pouvoir dans la société ? Il a proposé un double encadrement scientifique du peuple et celui du politique comme une possibilité à envisager pour « intellectualiser la politique » ou « scientifiser la politique », si je peux m'exprimer en ces termes.

Cette thématique constitue un véritable programme de recherche que nous lègue le professeur Wamba dia Wamba. Il appartient, à mon avis, aux chercheurs de la troisième et de la quatrième génération de prendre en charge cette question et de la reproblématiser à la lumière des dynamiques sociales à l'œuvre en vue d'esquisser une réflexion théorique et méthodologique largement plurielle fondée sur des bases empiriques. Il faut d'ailleurs faire remarquer, de manière générale, que les différentes pertes des chercheurs de la première génération de la carrure du professeur Wamba dia Wamba, mettent une pression énorme sur les chercheurs de la troisième génération (et de la quatrième) dans la mesure où il s'agit des disparitions qui créent un vide qu'il convient de combler pour que les sciences sociales et humaines africaines conservent leurs standards internationaux et que la voix africaine de la recherche continue à être portée sur l'espace scientifique mondial.

Puisse la famille du professeur Ernest Wamba dia Wamba désolée trouver une consolation dans les regrets unanimes qu'il laisse derrière lui et dans le suprême hommage que nous lui rendons ce jour.

Fait à Kinshasa, le 21 juillet 2020

Jacques TSHIBWABWA KUDITSHINI
Université de Kinshasa
Membre du Comité Exécutif du CODESRIA

Marema Toure

16. Juli 2020 - 16:01

Dr Marema Toure Thiam is a Senegalese sociologist. She is the director of the Social and Human Sciences Sector at the West Africa Office of UNESCO. Gender is her field of interest. She defended one of the first African theses on gender in 1996 at University of Paris 1, Sorbonne, France. One of her most recent publications is titled ‘Aspects épistémologiques, théoriques et culturels de la recherche sur le genre en Afrique' (Epistemological, theoretical and cultural aspects of gender research in Africa), in Présence Africaine (2018), vol. 197, n° 1, p. 313-336.

Marema Toure

16. Juli 2020 - 16:01

Dr Marema Toure Thiam is a Senegalese sociologist. She is the director of the Social and Human Sciences Sector at the West Africa Office of UNESCO. Gender is her field of interest. She defended one of the first African theses on gender in 1996 at University of Paris 1, Sorbonne, France. One of her most recent publications is titled ‘Aspects épistémologiques, théoriques et culturels de la recherche sur le genre en Afrique' (Epistemological, theoretical and cultural aspects of gender research in Africa), in Présence Africaine (2018), vol. 197, n° 1, p. 313-336.

Adebayo Olukoshi

16. Juli 2020 - 15:58

Adebayo Olukoshi serves at the International Institute for Democracy and Electoral Assistance (IDEA) as Regional Director for Africa and West Asia. He holds a PhD in Politics from the University of Leeds. He has more than 35 years of experience in areas of international relations, governance, and human rights, both in the academic sector and
intergovernmental institutions. Professor Olukoshi was a member of the African Union Assessment Panel and Chair of the Board of several think tanks, including the European Centre for Development Policy Management and the West African Civil Society Institute. He also previously served as Director of the UN African Institute for Economic Development and Planning (IDEP), Executive Director of the Africa Governance Institute, Executive Secretary of the Council for the Development of Social Science Research in Africa (CODESRIA), Director of Research at the Nigerian Institute of International Affairs, Senior Research Fellow/Research Programme, Coordinator of the Nordic Africa Institute (NAI) in Uppsala, and Senior Programme Staff at the South Centre in Geneva. He has published extensively on the politics of economic relations, governance, and development, as well as on African higher education and development. Prof. Olukoshi's report ‘The Elusive Prince of Denmark: Structural Adjustment and the Crisis of Governance in Africa' (NAI Research Report n° 104) is among his most impactful publications.

Adebayo Olukoshi

16. Juli 2020 - 15:58

Adebayo Olukoshi serves at the International Institute for Democracy and Electoral Assistance (IDEA) as Regional Director for Africa and West Asia. He holds a PhD in Politics from the University of Leeds. He has more than 35 years of experience in areas of international relations, governance, and human rights, both in the academic sector and
intergovernmental institutions. Professor Olukoshi was a member of the African Union Assessment Panel and Chair of the Board of several think tanks, including the European Centre for Development Policy Management and the West African Civil Society Institute. He also previously served as Director of the UN African Institute for Economic Development and Planning (IDEP), Executive Director of the Africa Governance Institute, Executive Secretary of the Council for the Development of Social Science Research in Africa (CODESRIA), Director of Research at the Nigerian Institute of International Affairs, Senior Research Fellow/Research Programme, Coordinator of the Nordic Africa Institute (NAI) in Uppsala, and Senior Programme Staff at the South Centre in Geneva. He has published extensively on the politics of economic relations, governance, and development, as well as on African higher education and development. Prof. Olukoshi's report ‘The Elusive Prince of Denmark: Structural Adjustment and the Crisis of Governance in Africa' (NAI Research Report n° 104) is among his most impactful publications.

Jean-Christophe Boungou Bazika

16. Juli 2020 - 15:45

Professor Bazika is a native of Congo-Brazzaville. He holds a PhD in Economic Sciences and is Associate Professor at the Department of Economic Sciences, Université Marien Ngouabi, Congo-Brazzaville. He also serves as Director General at the Centre for Analysis and Political Economy Research (CERAPE). He has published extensively on issues related to development, regional integration, poverty and entrepreneurship.

Jean-Christophe Boungou Bazika

16. Juli 2020 - 15:45

Professor Bazika is a native of Congo-Brazzaville. He holds a PhD in Economic Sciences and is Associate Professor at the Department of Economic Sciences, Université Marien Ngouabi, Congo-Brazzaville. He also serves as Director General at the Centre for Analysis and Political Economy Research (CERAPE). He has published extensively on issues related to development, regional integration, poverty and entrepreneurship.

Nacer Djabi

16. Juli 2020 - 15:40

Professor Djabi is a native of Algeria. He has worked as Professor of Sociology at the University of Algiers II and researcher at the Centre de recherche en économie appliquée et développement (CERAD). He resigned from University of Algiers in 2017. He is the author of several works, including El Wazir el-Djazaïri: oussol wa massarat (The Algerian Minister: Principles and Paths) (2001), Algérie: Etat et élites (Algeria: the state and the elites) (2008), and Limada ta'akhara ar-rabïe el-Djazaïri? (Why is the Algerian Spring late?) (2012).

Nacer Djabi

16. Juli 2020 - 15:40

Professor Djabi is a native of Algeria. He has worked as Professor of Sociology at the University of Algiers II and researcher at the Centre de recherche en économie appliquée et développement (CERAD). He resigned from University of Algiers in 2017. He is the author of several works, including El Wazir el-Djazaïri: oussol wa massarat (The Algerian Minister: Principles and Paths) (2001), Algérie: Etat et élites (Algeria: the state and the elites) (2008), and Limada ta'akhara ar-rabïe el-Djazaïri? (Why is the Algerian Spring late?) (2012).

Maitseo Bolaane

16. Juli 2020 - 15:36

Born in Botswana, Maitseo Bolaane is Associate Professor at San Research Centre, University of Botswana. Prior to that she was a Senior Lecturer in the History Department of the same university. Her areas of specialisation are social history and African environment focusing on the intersection of nature and culture. She has published on community based national resources and management, game reserve policy, ecosystems and livelihoods in heritage sites and linkages between cultural and biological diversity.
She earned her Master's degree in African History at the School of Oriental and African Studies, University of London and her PhD at St Antony's College, University of Oxford.

Maitseo Bolaane

16. Juli 2020 - 15:36

Born in Botswana, Maitseo Bolaane is Associate Professor at San Research Centre, University of Botswana. Prior to that she was a Senior Lecturer in the History Department of the same university. Her areas of specialisation are social history and African environment focusing on the intersection of nature and culture. She has published on community based national resources and management, game reserve policy, ecosystems and livelihoods in heritage sites and linkages between cultural and biological diversity.
She earned her Master's degree in African History at the School of Oriental and African Studies, University of London and her PhD at St Antony's College, University of Oxford.

Samuel Negash

16. Juli 2020 - 15:31

Professor Negash is a historian who, since 2005, has been at the College of Social Science, Addis Ababa University. He currently holds the position of Associate Professor and his research interests focus on the Ogaden Region and socio-economic aspects. He is the author of, among other publications, ‘Colonial Legacy, State Interven-tion and
Secessionism: Paradoxical National Identities of the Ogaden and Ishaq Clans in Ethiopia' in Society, State and Identity in African History (2008); ‘Fundamental Causes of the Ethio-Somalia Conflicts and Wars' in Amharic published in a special issue of WITNESS (2012); and ‘Ethiopia's Elusive Quest for an Outlet to the Sea: The Case of Haud- Zeila Exchange' (Proceedings of the 18th International Conference of Ethiopian Studies) (2013). He is currently preparing a chapter with the title: ‘Ambivalence in the Ogaden Secessionism: An Historical Overview of an Externally-propelled “Nationalist” Aspiration

Samuel Negash

16. Juli 2020 - 15:31

Professor Negash is a historian who, since 2005, has been at the College of Social Science, Addis Ababa University. He currently holds the position of Associate Professor and his research interests focus on the Ogaden Region and socio-economic aspects. He is the author of, among other publications, ‘Colonial Legacy, State Interven-tion and
Secessionism: Paradoxical National Identities of the Ogaden and Ishaq Clans in Ethiopia' in Society, State and Identity in African History (2008); ‘Fundamental Causes of the Ethio-Somalia Conflicts and Wars' in Amharic published in a special issue of WITNESS (2012); and ‘Ethiopia's Elusive Quest for an Outlet to the Sea: The Case of Haud- Zeila Exchange' (Proceedings of the 18th International Conference of Ethiopian Studies) (2013). He is currently preparing a chapter with the title: ‘Ambivalence in the Ogaden Secessionism: An Historical Overview of an Externally-propelled “Nationalist” Aspiration

Nansozi K. Muwanga

16. Juli 2020 - 15:21

Dr Nansozi K. Muwanga is a native of Uganda. She holds a PhD in Political Science from the University of Toronto, Canada. She also has a Post Graduate Diploma in International Relations and Development from the Institute of Social Studies (ISS) in the Hague, the Netherlands. She is a Senior Lecturer in the Department of Political Science and Public Administration, Makerere University and coordinator ofthe UNDP Rule of Law and Constitutional Democracy Project in the Department. Nansozi, a Fulbright New Century Scholar, has extensive multi-disciplinary research and consultancy experience in the areas of governance and education policy reform. Nansozi's other interests include: outreach and fundraising work, the mentoring of educationally disadvantaged girls and coordinating philanthropic education projects. But her real passion lies in education – the making of education policy as well as the delivery of quality education at different levels and in different national contexts and how this gives opportunities and a voice to those so often excluded.

Nansozi K. Muwanga

16. Juli 2020 - 15:21

Dr Nansozi K. Muwanga is a native of Uganda. She holds a PhD in Political Science from the University of Toronto, Canada. She also has a Post Graduate Diploma in International Relations and Development from the Institute of Social Studies (ISS) in the Hague, the Netherlands. She is a Senior Lecturer in the Department of Political Science and Public Administration, Makerere University and coordinator ofthe UNDP Rule of Law and Constitutional Democracy Project in the Department. Nansozi, a Fulbright New Century Scholar, has extensive multi-disciplinary research and consultancy experience in the areas of governance and education policy reform. Nansozi's other interests include: outreach and fundraising work, the mentoring of educationally disadvantaged girls and coordinating philanthropic education projects. But her real passion lies in education – the making of education policy as well as the delivery of quality education at different levels and in different national contexts and how this gives opportunities and a voice to those so often excluded.

Fatima Denton

16. Juli 2020 - 15:14

A native of the Gambia, Fatima Denton is the Director of the Institute for Natural Resources in Africa at the United Nations University (UNU), Ghana. Prior to joining UNU, Dr Denton worked in Ethiopia from 2012 with the United Nations Economic Commission
for Africa (UNECA). Her roles included Director of the Natural Resource Management Division and Coordinator of the African Climate Policy Centre. Previously Dr Denton was a Programme Leader with the Canada-based International Development Research Centre (IDRC), where she managed high impact action research, including a major climate change adaptation research programme managing over 100 action research initiatives encompassing 40-plus projects across 33 countries in Africa. She has also
worked as an energy scientist with the United Nations Environment Programme Risoe Centre (Denmark) and as an energy programme manager with Enda Tiers Monde (Senegal).

Fatima Denton

16. Juli 2020 - 15:14

A native of the Gambia, Fatima Denton is the Director of the Institute for Natural Resources in Africa at the United Nations University (UNU), Ghana. Prior to joining UNU, Dr Denton worked in Ethiopia from 2012 with the United Nations Economic Commission
for Africa (UNECA). Her roles included Director of the Natural Resource Management Division and Coordinator of the African Climate Policy Centre. Previously Dr Denton was a Programme Leader with the Canada-based International Development Research Centre (IDRC), where she managed high impact action research, including a major climate change adaptation research programme managing over 100 action research initiatives encompassing 40-plus projects across 33 countries in Africa. She has also
worked as an energy scientist with the United Nations Environment Programme Risoe Centre (Denmark) and as an energy programme manager with Enda Tiers Monde (Senegal).

Seiten